Le forum compte déjà 55 californiens depuis son ouverture le 25 septembre 2011 =D
Nous souhaitons la bienvenue à gasxyr, le dernier à nous avoir rejoins !
Crispy Queen ouvre son tumblr officiel ! Ne résistez pas, vous aimez commérer autant que nous !

Partagez | 
 

 We should have stopped - LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

hey ! nice to meet you
Invité
i wanna know everything about you



MessageSujet: We should have stopped - LIBRE   Lun 28 Nov - 10:32


“ We should have stopped „

; on voit ce que l'on désire.

Les mains dans les poches, une veste en cuir posté négligemment sur ses épaules alors qu'il était parti en se précipitant de son garage, Sébastian se passait la main dans ses cheveux, son air distant prenant le dessus sur ses yeux qui furetait en quête d'un endroit où aller. Il lui était devenu impossible de dormir et ses insomnies fréquentes l'avait souvent poussé à se balader dans les rues, où il ne pouvait trouver que sa seul présence. Alors que la nuit l'enveloppait maintenant dans ses bras rassurants, il sentait venir contre sa joue l'ombre de la lune et les faisceaux lumineux des lampes s'illuminèrent d'un commun mouvement pour éclairer faiblement le pavé grisâtre de la rue. Se posant sur un mur, il observa les appartements de l'immeuble qui dominait la ruelle où il était et s'amusa à distinguer les ombres des familles. La notion de famille ne lui disait plus grand chose depuis bien longtemps et il avait abandonné à chercher une raison à tout. Petit, tout devait être dans sa logique et il pouvait passer des heures pour réfléchir et trouver une raison. L'abstrait lui faisait peur, comme un gouffre qui vous happe silencieusement. Les souvenirs le projetaient toujours dans une autre dimension comme si tout ce temps passé n'était qu'un vieux rêve éveillé. Seulement, le cauchemar revenait le hanter, chaque nuit inlassablement et de voir sans cesse ces mêmes images le rendait fou. Il aurait aimé pouvoir fermer les yeux et tout recommencer. Réfléchir avant de prendre des décisions sous le coup de la haine. Elle serait encore là, tripotant ses mèches en riant ou en l'appelant par différents surnoms. Il serra ses doigts et ses phalanges rougirent sous le coup de la colère qui revenait. La honte l'avait mené bien plus loin, dans un tunnel sombre dont il ne savait même pas comment il était sorti. A 16 ans, il était partie en prison et son visage n'exprimait déjà plus rien. Il était trop loin, trop loin de ce monde dont il ne voulait plus. Sa soeur n'était plus là alors que lui importait le reste ? Devant le juge, il n'exprima aucun souhait de se défendre, ne pris aucun avocat, ne préféré rien dire dans toutes les séances. Etre dans le bancs des accusés ne lui provoquaient rien. Mais il croyait voir à chaque fois le visage d'Ivy qui lui disait que c'était entièrement de sa faute. De sa faute à lui. Qu'elle aurait pu vivre encore s'il n'avait pas ...

Il ferma les yeux, essaya d'oublier mais les images venaient encore et encore. Sentant l'adrénaline venir courir dans ses doigts, il préféra courir et fuir. Fuir quoi ? Peut-être aurait-il aimé qu'un homme soit son passé et qu'il puisse le semer. Au bout de la dixième rue qu'il venait de traverser, il reprit son souffle, expira l'air frais et enfila sa veste. Comprenant qu'il se trouvait dans une impasse, il jeta un oeil à l'immeuble à côté qui présentait une échelle permettant d'accéder au toit. Il hésita une fois, deux fois puis arriva à la conclusion qu'il pouvait. Il s'avança, regarda autour de lui pour voir si personne ne viendrait et agrippa de sa main droite, le premier barreau en fer qui luisait avec le lampadaire. Testant rapidement que l'échelle était solide, il gravit les premiers barreaux facilement. Pour lui, ce n'était qu'un de ces jeux d'enfant qu'il s'amusait à faire quand il était petit. Grimper au pylône électrique, aux échelles en bois, aux murs. Il aimait cette sensation d'être en l'air sans pour autant tomber. D'une rapide cadence, il se trouva au toit et marcha un moment avant d'observa la petit ville, Cambria. En observant plus attentivement, il vit qu'il était sur l'un des rares immeubles de la ville qui dominait l'ensemble. La mer, qu'il voyait, jetait ses eaux déchaînes sur les devants de belles maisonnettes à la couleur pâle. Sébastian se sentit enfin dans son univers quand le ville s'endormit enfin et que les lumière s'éteignirent. De loin, il pouvait apercevoir quelques points lumineux brillants de voitures qui bougeait mais le calme environnement le calmait. Il redescendit de l'immeuble au bout d'un heure lorsqu'il se lasse enfin de la vue et décida d'arpenter les rues. Peut-être allait-il finir dans un hôtel, peut-être ... Les faibles moyens qu'il tentait d'économiser lui servirait à faire de la colocation s'il arrivait à supporter de revivre avec des personnes. Le besoin constant solitaire qui l'habitait le poussait à toujours s'en aller à des fêtes, ne se sentant jamais bien à l'aise. On lui souriait, il regardait gravement. On cherchait la conversation, il l'évitait. Beaucoup avait compris. Cela ne servait à rien.



Revenir en haut Aller en bas

hey ! nice to meet you
i wanna know everything about you

☞ messages : 343
☞ years old : 30
☞ pseudo : marine
☞ crédits : marine
☞ célébrité : lea michele
☞ la fraternité : aucune
☞ mood : bonne enfin je crois ! bah oui il peut m'arriver n'importe quoi en l'espace de trente secondes alors, pour le moment ça va ! Et vous ?!


→ tell me something i don't know
☞ quote: « Je te vois tel que tu es contrairement à toi (...) je suis peut-être la seule fille qui te connaisse et qui t'accepte quoi que tu dises, quoi que tu fasses »
☞ studies:
☞ relationships:

MessageSujet: Re: We should have stopped - LIBRE   Jeu 1 Déc - 18:51



    Nous sommes quel jour au juste ?! Je ne savais plus à force, j'étais enfermé chez moi depuis un moment, je ne voulais plus sortir ou faire quoi que ce soit ! Je ne répondais même pas aux sms de mes meilleurs amis fallait vraiment que j'aille mal pour ne pas leur parler. Et c'était le cas, j'allais mal et je m'en voulais d'avoir cru en quelque chose dont je me méfier depuis le début. Idiote que je suis, j'avais vraiment cru que maintenant qu'il était revenu on pourrait repartir sur nos anciennes bases. Aujourd'hui j'avais fait plus d'effort j'étais aller en cours, mais je n'avais qu'une hâte c'était que la journée ce finisse. J'avais éviter soigneusement tous les gens que je connaissais et qui pouvait me poser des question sur mon état actuel. Je n'avais pas envie d'en parler. Ce n'était surtout pas le moment, j'avais juste envie d'exploser. J'avais supporter déjà assez mal son pseudo décès mais là c'était pire, il était réapparu et avait disparu aussi vite. Qu'est ce que ça cachait ?! J'étais revenue chez moi, mais c'était encore pire qu'autre chose. Alors j'étais ressortie, Je savais que le bar dans lequel nous avions l'habitude d'aller était ouvert assez tard, alors j'étais aller me prendre un café là-bas. Ma tête était pleine et j'en avais plus qu'assez de faire semblant de paraître bien, d'attendre patiemment mon tour. J'étais venue ici pour me refaire une nouvelle vie, qu'est ce que j'ai pour le moment, de vieux fantôme. J'étais sortie du bar et je traînais un peu avant de rentrer chez moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hey ! nice to meet you
Invité
i wanna know everything about you



MessageSujet: Re: We should have stopped - LIBRE   Sam 3 Déc - 10:40


“ everywhere, i run with you „

; Ombre qui suit nos pas

Arrivé dans un coin d'une rue sombre, il distingua légèrement de loin, une forme puis une silhouette gracile et l'ombre qui s'étalait sur la rue étendait son corps sur les murs. Il s'avança rapidement, prenant soin de ne faire aucun bruit pour ne pas éveiller l'attention de ce qu'il devinait être une jeune femme. L'obscure est l'ombre qui suit nos pas. C'est l'ombre dans laquelle, Sébastian a choisi de se cacher, prenant dans cette pénombre, son visage à demi-couvert et que l'on ne voie pas en lui ce qu'il veut cacher. Un jeune parti en prison, s'étant enfui après la mort du père, courant comme toujours, ne s'établissant jamais quelque part comme si une peur soudaine lui venait parfois. Il aimerait se dire que ce n'était que sa petite soeur au bout de la rue et que de sa voix douce, elle continue à chanter : "Alone. Alone. It's you and me again. Remember and don't forger. Alone. Alone. It's you and me again." et qu'il puisse l'entourer de bras rassurants en lui chuchotant que rien ne changerait. Mais c'était bien avant. Lorsqu'il pouvait l'emmener à la foire du village et qu'il riait avec sa meilleure amie de sa peur devant les grands manèges. Tout le monde s'était éloigné de lui petit à petit, laissant à chaque fois des traces sanglantes en lui.. Il n'aurait pas cru qu'elle soit capable de suivre l'exemple des autres, de suivre les avis générals. Il pensait qu'elle aurait compris qu'il ne l'avait pas tué.
    "Si. Tu l'as tué, Sébastian ...

Sa propre voix rauque eut comme un effet glaciale sur lui qui le ramena au regard accusateur de son père et du sourire qui s'était peu à peu évanoui sur le visage d'Ivy, gardant ce regard froid et lointain qui l'avait souvent hanté lors de ses journées en prison à fixer les murs gris qui se défaisait des tapisseries et laissait apparaître des traces d'humidité. Il était maintenant plus qu'à quelques mètres de la jeune femme. Ses cheveux longs se secouaient avec la brise légère qui traversait la rue et c'est en rapprochant ses lèvres de la nuque de la jeune femme et prononçant d'une voix grave, quelques mots, qu'il compta sur son effet de surprise. Quelle réaction aurait-elle ? N'importe. Il voulait tout simplement s'amuser. Prendre les sentiments des autres, avoir l'impression de contrôler leurs émotions et jouait sur ses notes là. Voir les expressions sur les visages des autres personnes étaient devenus un véritable jeu pour le jeune homme. Déchiffrer les yeux qui vous regardent avec terreur puis soulagement. Les traits qui se plissent, les coins de bouche qui se ferment. Tout le visage était comme une formule mathématique. Des codes qui s’enchaînent avec précision pour n'en former qu'une série qui en donne un résultat.
    "Bonsoir ... Vous êtes bien seule ..."

Il se recula prudemment et avança quelques mètres pour être en face de la jeune femme et put la détailler du regard. Des jolies pupilles marrons aux reflets cassés reflétaient sur son visage fin et les cheveux longs qui se finissaient en faibles boucles revêches au bout tombaient à la hauteur des épaules. Il haussa imperceptiblement un sourcil et glissa sa main dans sa poche. Devinant presque sa réaction ou ne la sachant pas, il partit à l'opposé de la rue, tout en restant en face d'elle et s'adossa au mur. L'ensemble de la rue montrait que les lampadaires éclairaient maintenant que des parties de la rue et seul un faisceau éclairait une face du visage de Sébastian. Dans le silence de la nuit, il regardait la jeune femme et se demandait ce qu'il faisait là.


Revenir en haut Aller en bas

hey ! nice to meet you
Contenu sponsorisé
i wanna know everything about you



MessageSujet: Re: We should have stopped - LIBRE   Aujourd'hui à 0:29

Revenir en haut Aller en bas
 

We should have stopped - LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ville Libre de Mévry
» [Blabla] Presse Libre - Ecrivez votre commentaire!
» OU SE TROUVE LE BOUTON LIBRE CREDIT SUR JEUTEL?
» Houston ? Nous avons un problème (pv libre)
» le québec libre!!!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ born in the usa -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit